top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Troisième round du combat à mort entre Ghislain Nyembo et Dany Banza



Dans les allées du pouvoir, la guerre fait rage au sein du clan des Katangais. Entre Ghislain Nyembo, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, et Dany Banza, l’ambassadeur itinérant, rien ne va plus ! Accusations et coup bas se succèdent dans cette impitoyable guerre de palais. Les gladiateurs katangais sont de sortie.

« Ici, au Lualaba, Dany Banza est en train de casser tous nos contrats pour promouvoir ses gens », indique un cadre de l’UDPS qui se plaint de l’attitude de l’ambassadeur itinérant. Kolwezi est mis en coupe réglée par l’ambassadeur itiinérant. Dans le grand Katanga, D. Banza prépare activement les prochaines élections. Il est déterminé à faire main basse sur un maximum de sièges. « Il intimide les candidats de l’UDPS au profit de son parti », constate un cadre du parti présidentiel. Ces intimidations et l’argent mis sur la table pour acheter les consciences ont conduit beaucoup de candidats à quitter l’UDPS pour rallier les rangs de la plate-forme ACO du tandem Banza-Sama Lukonde. Les deux hommes partagent une longue amitié.

Banza rêve du trône congolais

Dans les couloirs du Palais de la Nation, le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat Ghislain Nyembo, un solide cadre de l’UDPS, a senti depuis longtemps le danger que représente l’encombrant ambassadeur itinérant. Il sait que Dany Banza cultive l’ambition de briguer la présidence de la République en 2028. Rien de moins ! L’homme se prépare minutieusement. Son entourage est dans le secret depuis le tout premier jour qui a vu Dany Banza quitter Moïse Katumbi pour voler de ses propres ailes.


Dans sa poursuite du Graal, Dany Banza se constitue une manne financière importante. Après avoir obtenu du Chef de l’Etat de pouvoir mettre la main sur la Gécamines où il avait, dans un premier temps, placé son ami Sama Lukonde avant de le proposer aux fonctions de Premier Ministre et Chef du Gouvernement, D. Banza a pris les commandes de tous les contrats et carrés miniers artisanaux gérés par des partenaires chinois et indiens. Les montants perçus par D. Banza sont colossaux. « Même l’argent qu’il touche au nom du Chef de l’Etat, il l’utilise pour lui-même. Aujourd’hui, il veut la mort du gouverneur et de tous ceux qui veulent voir clair dans sa gestion», assure un fidèle du Directeur de Cabinet. Lors d’un récent meeting populaire dans le Haut Katanga, Dany Banza n’a pas caché qu’il est devenu la cible de toutes les attaques de la part de Ghislain Nyembo poussant la victimisation à déclarer que sa vie était en danger.

Evincer l'UDPS du Grand Katanga

Dans le même temps, Dany Banza qui bénéficie des faveurs de la Première Dame, n’hésite pas à fustiger Augustin Kabuya, le patron de l’UDPS. Le jeune leader katangais veut prendre le dessus sur le parti présidentiel dans le Grand Katanga afin de demeurer incontournable aux yeux Félix Tshisekedi. Dans ses critiques, il ne ménage pas le chef de file du parti présidentiel. « Kabuya, qui est-il ? Juste un courtisan rusé à la recherche des miettes pour s’enrichir », n’hésite pas à dire Dany Banza lorsqu’il débauche les candidats de l’UDPS. L’ambassadeur itinérant reste prudent comme un sioux. Lorsqu’il accorde une audience, il demande à tous ses interlocuteurs de laisser leur téléphone éteint en dehors de son bureau. Il n’a pas du tout envie de voir ses paroles et confidences divulguées dans les réseaux sociaux. Il sait que ses ennemis sont de plus en plus nombreux. Surtout quand il déclare sans détours à ses interlocuteurs : « C’est moi qui contrôle le Katanga ! » !


Main basse sur 600 millions de dollars

Il est désormais de notoriété publique que de sa villa de Mougins en France, sur les hauteurs de Cannes, Dany Banza gère les comptes off shore de Félix Tshisekedi logés à Dubaï et à Monaco. L’irrésistible percée politique de D. Banza est très loin d’être un long fleuve tranquille. En dépit du soutien dont il dispose de la part de Denise Nyakeru et Marthe Tshisekedi, les adversaires politiques ont mis à la tête de la Gécamines, Guy Robert Lukamba. Un homme réputé pour sa rigueur et son sens élevé du devoir. En quelques semaines, le nouveau CEO de l’ancien fleuron congolais de l’industrie minière a démonté tous les mécanismes de détournements des ressources mis en place par Dany Banza et Sama Lukonde. Près de 600 millions USD se sont évaporés depuis le départ d’Albert Yuma, l’ancien et très controversé CEO. La mise à nu des mécanismes de transfert d’argent a conduit à un affaiblissement passager de Dany Banza. Pendant trois mois, l’ambassadeur fut relégué au rang secondaire de conseiller obscur. C’était pour mieux ressusciter trois mois plus tard et reprendre sa place aux côtés de Tshisekedi !


Afin de se prémunir définitivement du poison qu’incarne Ghislain Nyembo, l’ambassadeur itinérant a agité les cloches de l’ethnisme en appelant à la rescousse le soutien des Balubakats. Ces derniers sont arrivés à retourner la situation en leur faveur en fustigeant le comportement anti-katangais de la communauté des Hemba à laquelle appartiennent Ghislain Nyembo et Guy Robert Lukamba. Tout cela sous les yeux des Baluba du Kasaï qui se réjouissent des divisions katangaises en appliquant à la lettre la maxime « Divisez pour régner », chère à Machiavel.


Après cette alerte sérieuse, Dany Banza a mis à contribution ses alliés libanais et chinois afin d’organiser une cagnotte pour fêter le 4 juin dernier l’anniversaire du Président Tshisekedi. « Pour ses soixante ans, nous avons côtisé 3 millions Usd qui ont été emmenés par Dany Banza dans son King Air », révèle le financier d’une des compagnies minières sollicitées pour la mobilisation des fonds. En réalité, c’est un véritable racket qu’opère D. Banza sur le Katanga. Tout cela au nom de Tshisekedi. Chaque mois, des dizaines de millions USD sont transférés à l’étranger sur les comptes ouverts par l’ambassadeur itinérant.


Au bout de cinq années, il devient de plus en plus difficile au Chef de l’Etat congolais de se séparer de son financier de l’ombre. « Il n’y a que les cimetières qui sont peuplés de gens indispensables, avec Kao Mandungu, le nouveau conseiller privé du Chef de l’Etat, les jours sont comptés pour Dany Banza et sa clique », prédit un conseiller de Ghislain Nyembo. A mesure que le temps passe, le clan du Directeur Cabinet se renforce. Dans l’entourage de G. Nyembo, on a retrouvé le sourire. « Avec à ses côtés le directeur de cabinet adjoint chargé des affaires économiques Wameso et l’étoile montante Mandungu, tout est en place pour en découdre avec la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf », affirme le conseiller. Avant d’engager le plat de résistance et en guise d’apéritif, le tandem Nyembo-Mandungu est parvenu à faire sauter Patrick Nyundo, le bras droit de Sama Lukonde. Depuis trois semaines, l’homme des secrets de la primature est aux arrêts.

Au troisième round, les frères ennemis katangais sont au coude à coude. Mais la partie est loin d’être terminée. Le quatrième round va se jouer à Lubumbashi. Le Chef de l’Etat devrait y séjourner dans les prochains jours. Pour marquer son poids politique, Dany Banza a recruté au sein de l’UNAFEC. Il y a quelques mois, l’ambassadeur itinérant avait délié les cordons de sa bourse afin d’inciter les jeunes extrémistes à brûler les effigies de Félix Tshisekedi. Histoire de jouer les pompiers-pyromanes et renforcer sa place dans le sérail. Dany Banza parviendra-t-il à rééditer cet exploit ? Mis sous haute surveillance par le Directeur de Cabinet Nyembo et le conseiller privé Mandungu, il lui faudra faire preuve d’imagination pour battre ses irréductibles adversaires. Les dés roulent.

579 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page