top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

RDC : Nangaa aux portes de Goma !


Le gouverneur militaire basé dans la ville vient de décréter un contrôle plus rigoureux de toutes les entrées et sorties des citoyens à dater de ce 1er février 2024. Désormais, chaque Congolais sera identifié à l’arrivée comme au départ de Goma. Sans vraiment faire allusion aux menaces directes de la rébellion sur la ville, le général-major Peter Cirimwami, semble prendre au sérieux la menace de Corneille Nangaa qui s’annonce à 12 kilomètres au nord de la ville, sur l’une des positions rebelles situées à la hauteur de l’aéroport International de Goma, dans le territoire de Nyiragongo.


Dans un message aux Forces armées de la République Démocratique du Congo le jeudi 1er février 2024, Corneille Nangaa, le coordonnateur de l’Alliance Fleuve Congo (AFC), s’annonce à 12 kilomètres de la ville touristique de Goma, capitale de la riche province du Nord-Kivu. Il y a quelques jours, il était localisé sur les hauteurs des collines du territoire de Masisi, au nord-est où s’affrontent violemment l’armée congolaise et les forces rebelles. "Je m'adresse exceptionnellement à nos frères en armes, nos vaillants militaires des FARDC, négligés et abandonnés dans les forêts et montagnes du Kivu par Tshilombo et son groupe d'amis. Je vous envoie un message fraternel de paix et de rassemblement patriotique afin que nous cessions de nous battre entre nous à cause d’un usurpateur d’Etat", lance-t-il aux forces loyalistes afin qu’elles déposent les armes et qu’elles se joignent à son alliance. Nangaa invite l’armée congolaise "au sens de l’honneur, de dignité et de son histoire" pour qu’elle "se sépare des jouisseurs" qui exposent les soldats congolais au danger. Il poursuit en expliquant en substance que l’Alliance Fleuve Congo (AFC) "vient pour résoudre les inégalités sociales notamment entre les soldats et les mercenaires juteusement rémunérés et récompensés".


Mise en garde aux unités Sadc qui soutiennent Tshisekedi

L’AFC (M23) s'est aussi adressé à la force de la Sadc, plus particulièrement les unités sud-africaines engagées aux combats dans le Nord-Kivu que "sa lutte est similaire à la leur contre l'Apartheid". Corneille Nangaa dit se battre pour des valeurs : "Nous nous battons pour nos droits, pour notre terre, pour notre liberté et notre vivre-ensemble". Un combat politico-militaire visant selon lui à sauvegarder les droits humains et à lutter notamment contre les pillages des ressources congolaises. «


"Nous voulons vivre en paix sur les terres de nos ancêtres", affirme encore M. Nangaa, mettant en garde les Sud-Africains : "Chaque pas que vous franchissez dans ce combat est une source de malédiction pour le peuple sud-africain, pour lequel nous avons de l'estime historique, notamment pour le combat de notre héros planétaire, Nelson Mandela". Un peu plus loin, Corneille Nangaa dit encore "s’inscrire dans une noble lutte naturelle, patriotique et constitutionnelle".


Goma en alerte

Le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le général-major Peter Cirimwami, a suscité mercredi la vigilance du maire de Goma et de toute l’administration locale afin d'identifier dorénavant tous les nouveaux arrivants et de renforcer les mesures de sécurité dans la ville. Mesures qui visent, selon la même autorité, à assurer la sécurité des habitants et de leurs biens en cette période sensible de montée de l’insécurité dans la contrée.

Un rapport quotidien sur l’état du territoire et les renseignements précis autour des nouveaux arrivants sera attendu de chaque cadre de base au cabinet du gouverneur militaire comme nouvelle méthode opérationnelle de prise en charge sécuritaire de l‘entité.

Les représentants de dix-huit quartiers de Goma présents lors de la réunion se sont inquiétés du manque d'eau, de la mauvaise gestion des eaux pluviales et des déchets, ainsi que des coupures fréquentes d'électricité et de l'absence d'éclairage public dans certaines artères de la ville. Lundi et mardi derniers, les conducteurs des taxis-motos ont observé une grève privant les habitants de Goma de tout moyen de transport en contestation des mesures de restriction qui leur sont imposées par l’autorité militaire. Le gouverneur Cirimwami avait instruit la police d’interdire la circulation des motos dès 17 heures. La mesure a finalement été allégée.


Kinshasa observe un repli de 10 km sur la ligne de front

Les dernières informations en provenance de Masisi font état d’un "repli stratégique" de l’artillerie lourde de la coalition gouvernementale de Mubambiro vers Kasengeshe, soit une marche arrière sur environ 10 km. Des acteurs locaux de la société civile se disent préoccupés par ce constat qui rappelle les scènes similaires lors de la prise du territoire de Rutshuru par les rebelles du M23. "Au lieu que les armes lourdes avancent vers Tsibumba-Rugari, Kingi-Kirolirwe, Mweso-Muongozi et Mushake-Karuba-Kitchanga, elles rentrent vers Goma", décrit un habitant de la région qui craint pour le chef-lieu du Nord-Kivu, exposé désormais, dit-il, à plus de vulnérabilité sécuritaire.

16 503 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Jérémie KAMBALE KASIMBA
Jérémie KAMBALE KASIMBA
Feb 05

Honte au president cilombo

Like
Post: Blog2_Post
bottom of page