Rechercher
  • mutambak96

Plus il y aura de candidats, plus Tshisekedi sera favori


La rentrée parlementaire, à un peu plus d'un an et demi de la prochaine présidentielle fait couler bien de l'encre et suscite bien des discussions n République démocratique du Congo.

Félix Tshisekedi, c'est une certitude, est déjà sur la ligne de départ. Le président, arrivé au pouvoir par la volonté de l'ancienne majorité plus que par son parcours personnel ou son programme électoral, entend bien rempiler. Il ne s'en cache pas. Il le claironne même à qui veut l'entendre.

Mais peut-il réellement espérer rafler la mise en 2023 pour un second mandat malgré son bilan et l'absence d'un réel programme ?

"Il a toutes ses chances", explique Firmin Bushiri, constitutionnaliste et professeur de droit aux Etats-Unis. Pour notre Congolais qui vit au pays de l'Oncle Sam depuis plus de vingt ans, pas de doute, le président sortant a les armes pour l'emporter. "En tout cas, il peut avoir les armes et il ne lui faudra pas de grands montages pour les obtenir", explique le prof.

Sa démonstration est simple : "Qu'est-ce qui a fait la puissance de frappe et de mobilisation de Martin Fayulu en décembre 2018 ? Ses parrains et le peu de candidats de poids sur la ligne de départ", explique-t-il. "Il suffit donc à Tshisekedi de laisser tous ceux qui se profilent aujourd'hui participer à la présidentielle . Kabila, Katumbi au Katanga, Matata et Bahati toujours à l'Est et plus au nord et Bemba, Fayulu et pourquoi pas Muzito à l'Ouest. Contrairement à 2018, il n'y a aucun espoir pour l'opposition de parvenir à désigner un candidat unique de l'opposition. Il n'y a d'ailleurs aucune discussion entre eux. On le constate donc clairement, il va y avoir un éparpillement des votes à l'Est et à l'Ouest. Kabila et Katumbi vont se neutraliser. Idem pour Bemba et Fayulu. Dans ce contexte, le centre peut, pratiquement à lui seul, assurer la victoire de Tshisekedi. Lui, sera le seul sur ses terres et fera le plein de voix. Cela peut suffire pour s'imposer. D'autant que la mobilisation sera puissante dans les Kasaï".


La Constitution ne bloque pas Kabila


Pour M. Bushiri, il n'y a même pas lieu de "chipoter" la Constitution. Le texte de 2006 ne bloque pas Kabila. "Il peut se présenter et fera ainsi sans le vouloir le jeu de Tshisekedi". Par contre, le professeur attire l'attention sur le fait que la seule manière de permettre à l'opposition de se coaliser, c'est de bloquer certains candidats. "Dans ce contexte, ceux qui devraient naturellement s'opposer sont capables de s'entendre dans une formule à la sauce Tout sauf Tshisekedi. Bref, la voie pour une réélection de Tshisekedi est plutôt dégagée. Au plus les candidats de poids seront nombreux, au plus Félix Tshisekedi aura une voie royale pour un vraie réélection".

161 vues0 commentaire