top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

MMG, SWANMINES et les milliards des Emirati


L’ancien Président de la Gécamines Kaputo et son directeur général Thambwe sont retenus à Kinshasa par l’ANR et se retrouvent aux portes de la prison. Les deux hommes paient les pratiques mafieuses imposées à la Gécamines par l’ancien ambassadeur itinérant Dany Banza. SICOMINES, MMG, SWANMINES, victimes de la guerre des clans qui fait rage autour de Félix Tshisekedi.

La guerre qui bat son plein à l’Est se dispute les victimes avec celles qui se déroule dans l’entourage de Félix Tshisekedi", affirme un proche du Chef de l’Etat. Deux camps s’affrontent. Celui du directeur de cabinet, Guislain Nyembo, de son adjoint Wameso et du tout nouveau conseiller privé, Kahumbu Mandungu face à celui de Dany Banza, Jean Claude Kabongo et Fortunat Biselele. L’arrestation de ce dernier qui croupit aujourd’hui dans la prison de Makala confirme la déroute du trio qui a longtemps bénéficié de la protection de la Première Dame Denise Nyakeru.


Et l’espion qui a trahi et exposé l’ampleur des dégâts causés par les trois hommes de confiance de Félix Tshisekedi n’est autre que le téléphone de Fortunat Biselele. Confisqué par Jean-Hervé Mbelu Biosha, le puissant administrateur général de l’Agence Nationale de Renseignements, l’appareil de l’ancien conseiller privé du Chef de l’Etat a révélé de nombreuses opérations financières réalisées par le trio Biselele-Banza-JCK. L’analyse des messages et des photos ont montré à Félix Tshisekedi l’étendue des actes de détournements commis par ses anciens amis.


La rénégociation du contrat chinois de Sicomines est le tout premier dossier qui a fâché le Chef de l’Etat congolais. La renégociation du contrat qu’il avait annoncée à grand renfort de publicité depuis près de deux ans a abouti dans un tout premier temps à un paiement de 500 millions de dollars par la partie chinoise. De ce montant, près de 400 millions auraient disparu sans que Félix Tshisekedi ne soit informé de la destination des fonds. Biselele, Kabongo et Dany Banza ont dissimulé une partie importante de ces ressources. Tout comme ils l’ont fait pour nombre de dossiers dont Félix Tshisekedi semble avoir été tenu à l’écart. Pour les enquêteurs, les preuves sont accablantes. Les comptes bancaires de l’ancien conseiller privé du Chef de l’Etat affichent à la Rawbank et à la FBN Bank des montant astronomiques qui dépassent 50 millions USD. Cela sans compter l’argent cash saisi au domicile des Biselele. Tout ce trésor est le résultat de la corruption, des marchés truqués et des détournements dénoncés en leur temps par Jean-Marc Kabund, l’ancien président de l’UDPS.


La guerre des clans est de retour

Il n’en fallait pas plus pour relancer la guerre des clans au sein de la présidence. Le Directeur de Cabinet Guislain Nyembo mène l’offensive face à Dany Banza. Disposant de l’avantage des déboires de Fortunat Biselele, Nyembo a pris en main la charge en appuyant le contrôle de la Gécamines par l’IGF. En ligne de mire, Dany Banza et les accords de partenariats signés par la puissante compagnie minière.

Devant les preuves de plus en plus accablantes rassemblées par l’IGF et les informateurs de l’ANR, en février, le Président Tshisekedi prenait la décision de congédier le président du Conseil d’Administation de la Gécamines, Alphonse Kaputo Kalubi, 70 ans, et son Directeur Général de la Gécamines, Bester Hilaire Ntambwe. Le premier, diplômé en sciences de la Terre et Minéralogie de l’Université de Lubumbashi, a 40 ans d’expérience dans l’entreprise. Il a gravi tous les échelons jusqu’au sommet. Il connaît l’entreprise sur le bout des doigts et a pris la direction des affaires à la suite de la gestion hasardeuse d’Albert Yuma, l’homme de main de Joseph Kabila et son directeur général Kamenga.


Sitôt relevés de leurs fonctions, les bureaux d’Alphonse Kaputo Kalubi et Hilaire Thambwe ont été mis sous la surveillance de la Garde Républicaine. Les deux responsables ont été convoqués par l’ANR à Kinshasa et leurs téléphones confisqués. Depuis plusieurs semaines, Kaputo et Thambwe sont retenus dans la capitale congolaise et assignés à un régime particulier. Chaque matin, ils doivent se présenter dans les bureaux de l’ANR et la nuit tombée, ils sont autorisés à regagner leur résidence. Parmi les points à l’étude par les hommes de l’Administrateur de l’ANR figurent une dizaine de contrats de partenariats signés par la Gécamines, au rang desquels figurent notamment les carrés MMG et ceux de SWANMINES.



Pour la petite histoire, la compagnie minière MMG, enregistrée à Hong Kong, avait annoncé le 13 octobre 2022 son intention d’ouvrir une procédure d’arbitrage devant la Chambre de commerce internationale à Paris et à Genève contre la Gécamines. MMG accusait la Gecamines de violer ses droits sur plusieurs concessions minières dans le Katanga. Le premier incident évoqué par MMG faisait référence le 16 septembre 2022 à l’incursion sur la concession de Nambulwa de forces armées qui avaient chassé, le 23 septembre, le personnel de MMG régulièrement installé. Le second incident portait sur la concession Sokoroshe II où le même scénario s’était déroulé un peu plus tôt dans l’année, le 1er juillet, avec cette fois les employés et autres contractuels de la société qui n’avaient pas pu retourner sur le site, empêchés par les militaires. Dans les deux cas, MGM indiquait qu’elle avait été informée de la conclusion de différents accords entre la Gécamines et des sociétés tierces, permettant à ces dernières de mener des activités sur les zones en question.


Et c’est précisément là où le bât blesse. Les sociétés tierces disent disposer de contrats en bonne et due forme. Dans le cadre du rapprochement entre Félix Tshisekedi et les autorités des Etats Arabes Unis, une dizaine de concessions minières ont été attribuées par la présidence congolaise aux Emirati. Ces derniers auraient réglé la présidence congolaise rubis sur ongle. Aux Emirats Arabes Unis, l’impatience gagne. Malheureusement, toutes ces mines ont déjà fait l’objet de contrat d’amodiation ou de partenariat par la Gécamines. Et devant ce dol manifeste, Félix Tshisekedi apparaît aux yeux des milliardaires Emirati comme un vulgaire margoulin. Décidément, on ne se refait pas facilement une réputation.


Dany Banza dans le viseur


Devant ce fatras, soucieux de maintenir la confiance de ces nouveaux partenaires du Moyen Orient, Félix Tshisekedi a décidé de recourir à la manière forte. qui a consisté à remplacer manu militari les anciens responsables de la Gécamines et déterminer toutes les responsabilités sur sa déconvenue face à ses partenaires arabes.


En réalité, tous les dossiers de partenariats signés par la Gécamines l’ont été sur instruction de Dany Banza. Sans recourir aux moindres appels d’offre, dans la plus totale opacité, fort de sa position auprès du Chef de l’Etat, l’ancien ambassadeur itinérant exigeait de la part des responsables de la Gécamines la plus totale docilité. « Il avait l’habitude de nous dire qu’il agissait pour le compte du Président de la République et sur son injonction » affirme un haut cadre de la Gécamines pour justifier la signature de tous ces contrats.


Mais le vent a tourné et les temps ont changé. Aujourd’hui, le Président Tshisekedi n’a d’yeux que pour les petro-dollars. Et c’est le nouveau conseiller privé du Chef de l’Etat, Kahumbu Mandungu qui a la charge de piloter ces nouveaux investisseurs. L’ascension du jeune Mandungu est fulgurante. Le 03 septembre 2022 il était en qualité de coordonnateur exécutif du Bureau de coordination, de suivi et de contrôle du port en eaux profondes de Banana avec la charge de finaliser le dossier gagné par DP World. Le 15 janvier 2023, Mandungu remplaçait tout simplement Fortunat Biselele comme conseiller privé.


Désormais, Nyembo, Wameso et Mandungu sont les hommes forts de la Présidence. Méticuleux et ordonnés, ils prennent soin de démonter l’architecture digne des méthodes de la mafia mise en place par Dany Banza et Bifort Biselele.

Menacé de toutes parts, Dany Banza n’a eu comme recours que de s’imposer dans la délégation congolaise à Indaba en Afrique du Sud et se démener pour apparaître aux côtés de Félix sur la photo. Il lui faut rassurer ses partenaires. Sur la sellette, les jours de Dany Banza semblent compter.


Colère katangaise


Dans les couloirs de l’ANR et à la présidence se joue le destin du mentor du Premier Ministre Sama Lukonde. Des hauteurs de Cannes ou de son appartement récemment acquis à Monaco, l’homme qui continue à gérer plusieurs comptes bancaires off shore de Félix Tshisekedi redoute de suivre le sort de Fortunat Biselele. Les révélations qui se succèdent sur les opérations minières au Katanga expose de plus en plus l’ancien ambassadeur itinérant. Les dossiers gérés par Mbelu Biosha démontrent la dissimulation de plusieurs centaines de millions USD. Au grand dam d’un Félix Tshisekedi surpris d’avoir été grugé par ceux à qui ils avaient accordé sa confiance!


Mais quel que soit le résultat des enquêtes, les révélations sur les sommes colossales détournées par les proches de Félix Tshisekedi choquent les Katangais qui vivent dans l’insécurité, la peur et la faim. De toutes parts montent un sentiment diffus de révolte et de colère qu’aucune nouvelle promesse ne peut étouffer !

6 996 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page