Rechercher
  • mutambak96

Dany Banza, Guylain Nyembo, Olivier Shekina ou la nouvelle guerre des clans en RDCongo



Dany Banza, Guylain Nyembo et Olivier Shekinah

Ce sont les tenants de la nouvelle dictature congolaise au train de vie scandaleusement somptuaire où la jouissance se dispute à la luxure que Anthony Blinken, le Secrétaire d’Etat, va rencontrer cette semaine à Kinshasa.


Les nouveaux maîtres du Congo dilapident sans état d’âme les ressources de l’Etat dans des fêtes dignes des bacchanales de l’Antiquité. Anciens taulards reconvertis en ministres, tenancières de mastroquets et filles légères de Bruxelles et de Paris font les plaisirs des nouveaux dirigeants congolais. Denise et Félix ont la jouissance facile. Si tout ce qui brille n’est pas de l’or, chaque semaine est l’occasion de sortir les robes et les paillettes pour prendre part aux mariages, baptêmes, communions et anniversaires. Quand ce n’est pas à Marbella, Saint Tropez ou Knocke le Zoute, la nouvelle jet set congolaise composée des parents et enfants Tshisekedi se contentent des soirées mondaines de Kinshasa.

2O.OO0 dollars par mois


Quant aux députés, sénateurs et ministres, ils participent tous joyeusement aux festivités. Chacun d’eux roulent carrosses dans des 4X4 de luxe achetés au frais du Trésor et le salaire du représentant du peuple congolais est de 20.000 USD/mois, soit en un mois, un député touche 15 années de travail d’un huissier ou d’un soldat du rang déployé au front de l’Est qui risque chaque jour sa vie face aux groupes armés.


Le 4 août dernier, la fête bat son plein chez les Lukonde. Sama, le Premier ministre fête ses 45 ans. Et pour souffler les bougies, les « warriors » - le surnom grotesque et ridicule dont les ministres se sont affublés - ont fait appel à JB Mpiana, l’ancien rival de Vital Kamerhe. Au rythme de la rumba endiablée, Félix Tshisekedi trouve son bonheur dans ces soirées mondaines agrémentées des déhanchements des opulentes danseuses en transpiration. La République est en guerre.


Les soldats meurent, le président danse


A l’Est, le M23 continue d’occuper Bunagana et en Ituri les ADF massacrent chaque jour des centaines de Congolais. Félix Tshisekedi et sa femme n’ont cure du destin tragique de leurs compatriote. Le Chef de l’Etat congolais a fait son entrée à la fête des Sama à 20 heures. Il quittera le jeune premier ministre à 03 heures du matin. "Les gens meurent à l’Est et lui continue à s’amuser comme si de rien n’était", murmure un des chauffeurs commis à une des voitures du cortège présidentiel.


Alcool, cigares et filles faciles sont les attributs des nouveaux maîtres du Congo. Dans ce registre, Dany Banza et Jean Claude Kabongo rivalisent dans le choix des havanes les plus chers du monde. Le mentor de Sama Lukonde, l’ambassadeur Dany Banza n’hésite pas à sortir un Cohiba, le plus prestigieux des cigares cubains dont un exemplaire revient à la modique somme de 5.000 Usd.

Quant à Félix Tshisekedi, c’est au champagne, au whisky et au cognac, que s’enivre chaque soir le Roi du Congo. Rien n’est trop bon pour le palais présidentiel. L’homme est un consommateur du 50 Year Old de Glenfiddich réputé pour être le whisky le plus sombre de la marque vendu au prix de 16 000 Usd la bouteille. Il faut au moins garder ce whisky 10 secondes dans la bouche pour savoir le savourer car il est important de laisser les arômes se développer en bouche et laisser monter le plaisir sans mesure. Ce qui n’est pas le cas de Félix Tshisekedi qui boit deux à trois bouteilles par jour d’alcool fort. Quant à la propension du Chef de l’Etat congolais à finir ses soirées mondaines au cognac, c’est un secret de polichinelle. Le roi du Congo apprécie particulièrement le Remy Martin Louis XIII Cognac Grande Champagne Jeroboam, le Cognac le plus prestigieux de la Maison Remy Martin vendu à 30.000 Usd.


Ces agapes ne tiendraient que de l’ordre de la paillardise si en coulisses ne se déroulaient les grandes manœuvres politiques qui divisent les clans Tshisekedi. Et dans ce registre, le Premier Ministre Sama Lukonde apparaît comme le pion le plus faible.


"On nous envoie les ordonnances de nominations sans même nous consulter", rumine un des plus proches conseillers de Sama Lukonde. "C’est à croire que nous ne sommes là que pour la figuration", poursuit l’homme qui ne cache pas son dépit. Le jeune Premier ministre auprès duquel Félix Tshisekedi passe sa soirée est en effet réduit à l’état de la plus parfaite utilité. L’entourage de Félix Tshisekedi a rapidement reconnu et jaugé la médiocrité du chef du gouvernement. Les Kasaïens qui trustent toutes les fonctions les plus importantes au sein des Institutions se plaisent à ranger Sama Lukonde dans la case peu glorieuse des propres à rien.


Où sont les réalisations des "Warriors" ?


En réalité, au sein du gouvernement, c’est le ministre des Finances Nicolas Kazadi qui dispose de tous les pouvoirs. "Comment pouvons-nous avoir un problème de ressources pour financer nos projets de développement quand chaque mois les régies financières annoncent des performances mirobolantes ?", s’interrogent les hommes de Sama Lukonde. A ce jour, aucune grande réalisation n’est à mettre à l’actif des "warriors". Les fonds placés par le BCECO à la FBNBank ont été consommés sans aucun justificatif. Ils ont tout simplement disparu au nez et à la barbe du FMI. Ce sont des centaines de millions USD qui se sont évaporés en quelques mois. Et Nicolas Kazadi n’hésite pas à se rendre en personne dans sa nouvelle acquisition immobilière le long du fleuve Congo où il érige un palais digne de Fouquet.

Si les conseillers de Sama Lukonde dépriment, Dany Banza tire son épingle du jeu. L’ambassadeur itinérant est une vieille connaissance de Félix Tshisekedi. Celui qui revendique le titre d’homme fort du Katanga possède une résidence secondaire dans les hauteurs de la riviera française à Mougins à quelques kilomètres de Nice et de Monaco où il gère les comptes off-shore du président congolais. Au sein du régime kasaïen des Tshisekedi, Dany Banza s’est érigé en caution katangaise. A ce titre, de Fifi Masuka au gouverneur Kyabula en passant par la fratrie Kyungu, Dany Banza gère tous les seconds couteaux ralliés à la famille présidentielle qui écume toutes les ressources du Katanga. "Si vous n’êtes pas avec moi, c’est que vous être contre le Président", assène régulièrement Dany Banza à ses interlocuteurs pour les rançonner. Qu’ils soient Chinois, Indiens ou Libanais, tout le monde passe à la caisse.

Dans la recherche effrénée de l’argent et du pouvoir, un autre homme sort de l’ombre. Un Katangais lui aussi. Il s’agit de Guylain Nyembo Mbwizya, le directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi. Entre lui et Dany Banza, la guerre est ouverte et la haine assumée. Le premier round s’est déroulé le 06 mai dernier avec la victoire de la protégée de Guylain Nyemba, Julie Ngungwa comme gouverneure du Tanganyika. Le clan Dany Banza a mordu la poussière. Mais l’ambassadeur itinérant a de la ressource. Dans cette guerre, il dispose d’alliés de taille autour du Chef de l’Etat. Désormais, la bataille se concentre sur les nominations des derniers mandataires publics. Le nouveau PCA de la SNCC convoqué à Kinshasa en a fait les frais puisqu’il a attendu en vain une audience auprès des représentants du Katanga alors que Dany Banza était à l’étranger.


Pendant que la guerre des Katangais ralliés à Tshisekedi fait rage, un homme tire à son compte les marrons du feu. Il s’agit du révérend Olivier Tshilumba Shekina. L’homme appartient au clan des super-pasteurs. En deux années dans les valises du Tshisekedi, Olivier Shekina est passé du statut de père Joseph, conseiller occulte, à celui d’homme fort du régime. Les chutes de François Beya, de JM Kabund et celles annoncées de Fortunat Biselele et de Jean-Claude Kabongo ne sont pas étrangères à sa montée en puissance dans l’appareil de l’Etat. Discret et subtil, Shekina gère les dossiers sensibles de la présidence. Entouré d’une garde prétorienne aguerrie, le pasteur Shekina a remplacé François Beya dans le système mis en place par Félix Tshisekedi.

Jean-Claude Kabongo et Fortunat Biselele.


L’argent et le pouvoir d’Etat suffiront-ils au pré-carré qui fait la pluie et le beau temps dans le premier cercle du pouvoir, à savoir Dany Banza, Guilain Nyembo, Olivier Shekina et consorts à assurer un deuxième mandat à Félix Tshisekedi et Denise Nyakeru ? Rien n’est moins sûr. "Bientôt, ils vont tous devoir rendre compte. Il y a eu plus puissants avant eux. Mobutu a dû rendre compte à Mzee Kabila, Joseph à Félix, demain c’est Félix qui devra le faire. Après les élections on va lui demander de rembourser tout ce qu’ils nous ont volé", tonne un proche de Maman Marie Masemi, la vieille dame kidnappée par les services de sécurité pour avoir dit la vérité et relâchée après 48 heures de tortures morales dans les locaux de Jean-Hervé Mbelu Mbiosha, le tout-puissant patron de l’ANR. En arrachant le pardon à la vieille dame, les jouisseurs ont montré qu’ils ne reculeront devant rien ni personne pour conserver leur pouvoir. Reste à savoir si en 18 mois, ils sauront offrir aux Congolais autre chose que la faim et la misère et extraire les provinces de l’Est de la guerre et des massacres… Rien n’est moins sûr !

2 207 vues0 commentaire