top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Peter Kazadi et Rockefeller Luakamona poursuivent le dépeçage du Haut-Katanga


Ce sont nos richesses qu’ils sont en train de piller », gronde un des responsables de la jeunesse de l’UNAFEC, le parti de feu Gabriel Kyungu, la sentinelle du Katanga, disparue il y a déjà près de deux années.


C’est la colère au ventre que les jeunes Katangais observent la manière dont les carrés miniers sont exploités par la famille présidentielle. C’est à une véritable invasion qu’ils assistent. Les récentes révélations d’Africa Intelligence sur l’implication de Marthe Tshisekedi, la maman du Chef de l’Etat congolais, ainsi que ses frères Christian et Thierry, attisent encore un peu plus les rancoeurs.

Pour assombrir le tableau, outre la famille présidentielle, le Vice-Premier Ministre en charge de l’Intérieur, Peter Kazadi, est également partie prenante au dépeçage des richesses du Katanga. L’ami et complice du clan Tshisekedi, qui a la tutelle sur l’administration territoriale et les services de sécurité, a la mission d’asseoir définitivement le leadership du Kasaï sur le Katanga.


Le parrain de la mafia

« L’UNAFEC est devenue un danger pour nous. Les Katangais sont têtus. Nous devons les mettre au pas », insiste un notable kasaïen qui considère que le pouvoir de Kinshasa ne doit rien céder aux jeunes katangais ni aux nostalgiques de l’ancien régime. Dans le grand Katanga, les leaders kasaïens disposent de tous les passe-droit. Et ils sont déterminés à ne rien laisser aux dignitaires Katangais.

Pour arriver à leurs fins, les proches de Félix Tshisekedi comptent sur un de leurs « frères » les plus en vue au Katanga. Il s’agit du procureur général près la Cour d’Appel, Luakamona Rockefeller. Depuis sa nomination dans le Katanga, le magistrat poursuit l’opération de rançonnement de tous les miniers de sa juridiction qui s’étend de Likasi à Kambove en passant par Lubumbashi. Le sulfureux procureur général est connu pour protéger la mafia kasaïenne qui opère en toute impunité dans sa juridiction. L’homme ne cache ni ses vices, ni ses accointances avec Dieudonné Kamuleta, le Président de la Cour Constitutionnelle et le redoutable Vice-Premier Ministre chargé de l’Intérieur Peter Kazadi.


Kazadi débarque à Lubumbashi

Les notables et dignitaires katangais vivent de plus en plus difficilement la dégradation de l’Etat de droit à Lubumbashi et à Kolwezi. La séparation des pouvoirs relève d’un lointain passé. Le pouvoir et la justice se conjuguent au gré des intérêts du Kasaï. « Chacun doit être dans une même situation face à la loi pénale et face à un juge. Que vous soyez Kasaïen ou non, il y en a qui sont aujourd’hui au-dessus de la loi et d’autres qui sont en dessous. Ce qui se passe en ce moment est grave », dénonce un membre de la FEC, la puissante fédération des entreprises du Congo. Le feu couve sous la cendre. Et la perspective des prochaines élections n’arrange pas les choses.

Abandonnant les jeux de la francophonie, le grand événement sportif sur lequel tous les projecteurs du monde sont braqués et dont la réussite dépend grandement de la sécurité devenue très incertaine à Kinshasa, le Vice-Premier Ministre Peter Kazadi est attendu le lundi 31 juillet à Lubumbashi. Il vient en personne dicter aux magistrats du Siège et du Parquet des conduites à tenir, contraires au droit, dans les multiples dossiers récemment montés de toutes pièces par le Procureur Général pour empêcher toute candidature katangaise à la magistrature suprême.


Encore une milice privée

Afin de préparer la venue de son principal soutien au sein de l’Exécutif congolais, le procureur général Luakamona Rockefeller se déploie pour rançonner les creuseurs, les négociants et les principaux acteurs de la sous-traitance opérant à Likasi. Car de l’argent, Peter Kazadi en réclame toujours davantage pour maintenir la gestion des milliers de policiers qui, sans feuille de route, ont fui le Kasaï pour s’installer au Katanga. Ces éléments armés sont en errance dans le Katanga. Certains sont sous les ordres du Vice-Premier Ministre qui entretient sa milice pour terroriser les Katangais.

Tout ceci se poursuit alors que la communauté internationale et même le congrès américain ont demandé aux actuels gouvernants de s’abstenir de tout acte ou de toutes procédures judiciaires qui viseraient à nuire à d’autres candidats afin de les éliminer arbitrairement du processus électoral.

A la veille des élections prévues en décembre prochain, la feuille de route de Peter Kazadi est claire. Tout doit être mis en oeuvre faire pour empêcher les dignitaires Katangais de disposer des ressources financières leur permettant de gagner les prochaines élections.

1 111 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page