top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Lettre ouverte à Madame Lahbib


Madame Labib,


Hier, la Belgique vient d'adresser ses félicitations à monsieur Félix Tshisekedi pour son second mandat. Cette victoire que vous venez de vous empresser de féliciter, n'est ni plus ni moins que le résultat d'une fraude organisée, planifiée et exécutée par une organisation criminelle. Une mafia à laquelle vous accordez votre bénédiction. Quand pour se faire entendre, Don Corléone mesure ses mots, parle peu et toujours à voix basse, vous préférez parler fort, beaucoup et sans mesure. Il est vrai qu'un Parrain n'est pas une Marraine ! La comparaison s'arrête là !


La principale mission d'observation de la Société civile et vos observateurs l'ont affirmé, preuves à l'appui puisque des centaines de vidéos accablantes circulent, il ne s'agissait pas d'une élection mais d'une tricherie historique qui laisse le peuple congolais entre les mains d'un régime dont la seule règle est de ne pas en avoir !


Madame,


Ce scrutin aurait dû être annulé. Vous le savez. Vous avez préféré amener la Belgique sur la voie de la lâcheté, du renoncement et de la démission devant la fraude. Tête baissée et agenouillée au pied de Tshisekedi à qui vous concédez un second mandat illégitime, votre position n'honore pas la Démocratie et les valeurs que la Belgique, qui vient de prendre la présidence de l'Union européenne dit porter à travers le monde.


Il y a peu, un chroniqueur belge affirmait courageusement que tolérer les atteintes portées aux droits des Congolais d'avoir des élections libres, démocratiques et transparentes sur les standards internationaux équivalait purement et simplement à du racisme. Il avait raison. Et c'est bien là le message que la Belgique vient d'adresser au peuple congolais. Il n'a pas droit à de bonnes élections et doit se contenter d'un simulacre dont le coût avoisine plus d'un milliard d'euros. Rien que du mépris et du racisme envers le peuple congolais.


Les réserves les plus sévères que les Églises catholique et protestante ont adressées à la Commission Électorale Nationale des Élections et aux autorités congolaises sur ce qu'il convient aujourd'hui d'appeler un simulacre d'élections, vous les avez ignorées ! Faut-il vous rappeler que 11.000 bureaux de vote n'ont jamais ouvert. 7 millions d'électeurs congolais sont demeurés sur le carreau ! Et si la mémoire vous en coûte, nous vous rappelons ce qui suit :


  • A ce jour, personne ne peut dire combien de bureaux de vote ont été officiellement ouverts le jour des élections.

  • Personne ne peut vous dire combien de machines à voter officiellement opérer pendant les 11 heures des élections, le 20 décembre dernier.

  • Personne ne peut dire ce que le serveur de la CENI a enregistré à partir du 20 décembre à 20 heures quand les bureaux de vote ont fermé et que les machines à voter ont continué pendant 7 jours et 7 nuits à envoyer au serveur central de la CENI ?

  • Personne ne peut vous dire combien de bulletins de vote ont été remis officiellement dans les bureaux de vote et ont été déposés dans les urnes et dépouillés le 20 décembre.


Si, une personne - un informaticien belge - a peut être observé les mouvements et les flux d'informations gérées par les ordinateurs de la CENI. Malheureusement, il gardera à jamais silence dans sa tombe.


Madame Labib,


"Les failles logistiques et opérationnelles, notamment les irrégularités signalées" que vous relevez avec hypocrisie ne constituent ni plus ni moins que la plus vaste fraude électorale jamais organisée dans un Etat moderne. Dites-nous si un seul citoyen belge aurait jamais toléré dans sa commune ou dans le Royaume tout ce qui s'est passé du 20 au 27 décembre en République Démocratique du Congo ? Si la mémoire vous fait défaut, vous rappelez-vous en 2018 des coupures de courant, surchauffe des machines avec deux ordinateurs plantés et au final quatre clés usd corrompues qui ont valu le recomptage manuel des voix dans la commune de Charles Michel à Wavre ? Au Congo, on parle de près de milliers de machines à voter fictives, non déclarées et remises dans l'intention de frauder à des centaines de candidats de la majorité présidentielle !


En appelant Félix Tshisekedi " à poursuivre les efforts en matières de bonne gouvernance et de droits humains", de qui vous moquez-vous Madame Labib ?


Pour peu que vous soyez informée, de 50 groupes armés fin 2018, la République Démocratique du Congo compte aujourd'hui plus de 200 groupes armés. Plusieurs d'entre eux viennent de pays voisins, se sont établis dans les frontières du pays et y ont trouvé un sanctuaire à partir duquel ils tuent, pillent et violent les Congolais. Les troupes étrangères, invitées ou non, vont et viennent au gré des intérêts de leur pays. Nos militaires déployés au front sont abandonné sans ressources, sans équipements, sans médicaments, sans solde. Est-ce là l'effort à poursuivre ?


En termes de droits humains, les cachots clandestins pullulent. Ils sont remplis d'innocents. Les prisons militaires accueillent des prisonniers politiques. Les prisons civiles sont surpeuplées. Des milliers de Congolais y attendent d'être jugés un jour. Quand la justice n'est pas l'instrument du pouvoir, ses décisions sont achetées. La presse est mise au pas. Des journalistes sont menacés. C'est aussi cela l'effort à poursuivre ?


Quant à la corruption, elle gangrène toutes les administrations. Faut-il vous faire un dessin. Combien de projets se sont arrêtés sur les planches à dessiner des architectes belges ? Combien de missions économiques sont-elles rentrées bredouilles à Bruxelles ? Aujourd'hui, l'argent sale congolais extorqué par le régime au peuple congolais coule à flot dans les achats des villas et des voitures de luxe en Belgique. C'est aussi cela l'effort à poursuivre ?


Madame Labib,


Pour des intérêts obscurs que sans aucun doute le temps nous révèlera, vous venez d'abandonner le peuple congolais en le livrant à un dictateur dont l'élection n'ouvre comme perspective qu'un nouveau cycle de violences et de barbaries. Des déboires de la France au Mali, au Burkina, au Niger, vous n'avez rien retenu. Dommage ! A poursuivre dans sa politique faite de complaisance et de complicité, le tour de la Belgique viendra.


Nous vous aurons avertie !


1 802 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page