top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Les 300 camions-bennes de Nicolas Kazadi à la base d’ un nouveau scandale financier hors-norme



Un énième scandale financier secoue le ministère des Finances congolais !


Dans le plus grand secret, Nicolas Kazadi a bouclé au profit de la RDCongo un financement de 1,5 milliard USD auprès d’une institution financière de développement sud-africaine. Les modalités de ce prêt demeurent inconnues. En totale violation de la loi budgétaire, le parlement congolais n'a pas été saisi de ce prêt souverain. Le ministre des Finances opère totalement à découvert avec ses contacts sud-africains parmi lesquels le sulfureux Robert Gumede, l’homme d’affaires proches de l’ANC.

De toute évidence, Nicolas Kazadi et son cousin Nozy Muamba, bien connu pour avoir autrefois séjourné en prison pour émission de fausse monnaie, disposent d’un carnet d’adresses fourni dans la nomenklatura sud-africaine.


Dette gonflée sous les yeux du FMI


Depuis son arrivé à la tête du ministère des Finances, les experts notent que la RDCongo est engagée dans un nouveau sentier d’endettement périlleux. La chute des cours du cobalt risque de s’avérer particulièrement préjudiciable pour la santé des finances et la capacité de remboursement de la RDCongo. Dans ce nouveau prêt qui gonfle la dette souveraine congolaise, la responsabilité du grand argentier congolais est totalement engagée. Cela sous le regard complaisant du FMI et des bailleurs de fonds qui gardent un silence complaisant sur les pratiques du ministre des Finances congolais qui agit systématiquement en marge des lois et des règles les plus élémentaires de transparence et de redevabilité.


Kazadi seul responsable


Initialement le dossier du financement sud-africain était porté par l’ancien ministre du budget François Muamba qui occupe aujourd’hui un poste éminent de conseiller chargé des stratégies économiques à la présidence de la République. Le projet financé par l’Afrique du Sud comporte plusieurs composantes parmi lesquelles 450 millions USD pour les hôpitaux de référence, 500 millions pour l'agriculture et une enveloppe pour la desserte en électricité. Il y a 4 mois, Nicolas Kazadi avait invité à l'hôtel fleuve Congo les ministres sectoriels de la Santé, de l’Agriculture, des Infrastructures et du Plan concernés par ce financement. Devant les réticences de ses collègues, Nicolas Kazadi s'est finalement résolu à ne pas les impliquer dans son programme et à en assurer à son niveau la coordination. C’est donc sans aucun appui des ministères techniques que le ministre des Finances a tracé les grandes lignes de ce financement et défini le matériel devant être acheminé en RDCongo.


Des camions... en béton


Ainsi, 300 camions chinois FOTON ont été acquis sur cette ligne de crédit. Ces engins ne répondent pas aux spécifications techniques et aux exigences des travaux de génie civil. Afin de couvrir les irrégularités de l’opération, Nicolas Kazadi a instruit le fournisseur de peindre l’effigie de Félix Tshisekedi sur les portes des camions-bennes. Lors de l’arrivée des engins, ni la présidence de la République, ni aucun ministère n’avaient été mis dans le secret de l’opération. Au grand dam de la présidence, la facture de manutention de l’acheminement des 300 véhicules lui a été adressées par l’importateur. N’ayant pas connaissance d’avoir commandé des camions, le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat a immédiatement saisi Nicolas Kazadi pour savoir de quoi il en retournait. Mis au courant du financement sud-africain, la présidence de la République a décidé d’endosser l’importation des véhicules sous couvert du programme PDL-145 territoires qui constitue le chantier qui doit assurer la réélection du Président pour son second mandat. C’est donc dans la plus parfaite improvisation que ces 300 camions-bennes ont été acquis et devront être acheminés dans les 145 territoires, à raison de deux engins par territoire.

L’épineuse question de la gestion du charroi a été posée. Faute d’une entité gouvernementale appropriée, la question n’a pas encore été résolue. La piste recherchée par le ministère des Finances consisterait à obliger toutes les sociétés qui ont obtenu des marchés dans le programme PDL-145 de louer les engins importés par le gouvernement. Après les 100 jours, le RAM, Tshilejelu et tant d’autres programmes, c’est un nouveau gisement de détournement et de corruption qui vient d’être mis à jour.


Poussée de fièvre jusqu'en Afrique du Sud


Des informations de plus en plus précises sont remontées sur ce nouveau scandale qui mêle le ministre des Finances de la RDCongo et des autorités sudafricaines. Au vu des difficultés financières et des scandales à répétition que vivent les Sud-africains, nul doute que l’annonce d’un prêt à la RDcongo va enflammer les débats à Pretoria et dans l’hémicycle à Capetown.

4 497 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 Comments


moukendy bernadette
moukendy bernadette
Feb 16, 2023

Quel texte médiocre qui n'a ni tête ni qeue ni soubassement sauf des propos négativés pleins d'haines dissimuler sous une incompétence criante. Moi je retiens que les 145 territoires auront chacun d'eux deux camions.

Like
Bob Richard Nkolongo
Bob Richard Nkolongo
Feb 17, 2023
Replying to

Tu dois être malade cher tribal... Au comble faut pas étaler ta faiblesse mentale vis à vis de ce qu’on appelle rouage administratif lorsqu’on parle d’un prêt public.

Like
Post: Blog2_Post
bottom of page