top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Le Roi Soleil promet 3,5 millions USD à la CAF


C'est avec une folie dépensière inconsciente que Félix Tshisekedi continue de dilapider les ressources précieuses de la République démocratique du Congo. Bien que le pays soit l'un des plus pauvres au monde, ses dirigeants vivent dans une illusion dorée, consacrant des fonds publics à des projets frivoles et vantardises personnelles dignes des pires satrapes de l'histoire.


Prenons le cas récent où Félix Tshisekedi a promis une somme astronomique de 3,5 millions de dollars à la Confédération Africaine de Football (CAF) pour la tenue de leur prochaine assemblée générale à Kinshasa en octobre. Cette décision, prise lors d'un voyage en Afrique du Sud, illustre parfaitement la déconnexion totale et scandaleuse du chef de l'État avec la réalité déplorable que subit son pays.


Le contraste est effarant : fort de sa fortune personnelle estimée en 2024 à près de 3,1 milliards de dollars, Patrice Motsepe, le président de la CAF, se réjouit de cette générosité congolaise mal orientée. P. Motsepe est également président du célèbre club sud africain Mamelodi Sundowns FC. Son club brille dans le championnat sud africain. Incidemment, le président sud-africain Cyril Ramaphosa qui vient d'être fraîchement réélu a épousé en troisième noce Tshepo Motsepe, la soeur de Patrice. Le couple a 4 enfants. De quoi expliquer en partie la démarche de séduction engagée par Félix Tshisekedi dans la capitale sud-africaine en direction du beau-frère de Cyril Ramaphosa dont les troupes sont toujours déployées dans l'Est de la RDCongo.


" Félix Tshisekedi semble plus préoccupé par impressionner les puissants étrangers et s'acheter une stature internationale que par remédier aux souffrances de ses compatriotes", affirme un diplomate en poste à Kinshasa. Cette générosité congolaise fait également le bonheur du secrétaire général de la CAF, Véron Monsengwo Omba, qui se frotte les mains. En réalité, la manne congolaise a tous les relents d'une opération politique dans un jeu de billard à trois bandes. Elle contribue à assainir les finances de la CAF dont les revenus commerciaux pour l'exercice 2024 s'élève à 125,4 millions USD.


Tout cela se passe alors que la dette publique du pays explose, atteignant les 10,5 milliards de dollars en seulement cinq ans de présidence Tshisekedi. Les Congolais sont ainsi écrasés par une dette abyssale, gonflée par les frasques inutiles de leur dirigeant. La comparaison est cruelle avec la période de 2011 à 2019, où la dette avait été maintenue sous contrôle. Le retour en arrière tel un boomerang provoqué par la main invisible de cette administration corrompue est insoutenable. "En cinq années, Tshisekedi a gonflé la dette de 7 milliards USD. Où est passé cet argent ?" s'interroge l'opposant Franck Diongo qui accuse le régime de corruption et d'enrichissement éhonté.


Sur le terrain, la situation est tragique. Alors que les militaires congolais luttent contre le M23 et des groupes armés sans soutien adéquat, avec des rations et soldes détournées par des officiers ripoux, Félix Tshisekedi distribue des millions de dollars pour des réunions sportives. Les camps de déplacés pullulent, enfants mourant de maladies évitables comme la malaria et la diarrhée, tout cela sous l'œil indifférent des autorités. A ce jour, plus de 5 millions de Congolais vivent en déplacés internes sans aucun soutien du gouvernement congolais.


La situation monétaire est tout aussi déplorable. Le taux de change avoisine aujourd'hui 3.000 francs congolais pour un dollar, entraînant une inflation galopante qui ravage le pouvoir d'achat des Congolais. Et pourtant, Tshisekedi semble vivre dans une bulle, ignorant les cris désespérés de son peuple affamé.


Et que dire de la richesse minière du pays ? La RDC, deuxième producteur mondial de cuivre, avec 2,2 millions de tonnes produites en 2023, pourrait être un eldorado pour ses citoyens. Avec une production avoisinant 140.000 tonnes de cobalt, soit 70% de la demande mondiale, les Congolais sont les détenteurs d'un des intrants essentiels dans la fabrication des batteries qui inondent le monde entier. Mais plus de 27 millions d'entre eux souffrent de la faim. Faute de route de desserte agricole les paysans congolais sont incapables de vendre leurs produits et en sont réduits à vivre en auto-subsistance.


Les somptueuses dépenses de prestige de Félix Tshisekedi ne sont qu'un insupportable pied de nez à la pauvreté criante de son peuple. Cette gabegie financière attise une colère grandissante dans les grandes villes congolaises, là où l'amertume et la frustration bouillonnent dangereusement. Les cités de Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani et Goma deviennent des poudrières prêtes à exploser. La révolte gronde dans l'ombre, une conséquence inévitable de l'orgueil et de la folie dépensière d'un dirigeant déconnecté de la réalité.


Gare, car le peuple congolais n'oublie pas et ne pardonne plus. Le spectre de la révolte est bien réel et pourrait rapidement se matérialiser contre ceux qui les trahissent chaque jour un peu plus.

 

450 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page