Rechercher
  • mutambak96

Gécamines : Dany Banza terrasse Jean-Marc Kabund


Dany Banza, le nouvel homme fort du Katanga


A la Présidence de la République, un avis de tempête est déclaré. Le Président Félix Tshisekedi vient de donner mandat à son Conseiller Spécial François Beya pour éplucher les dossiers de détournements et de trafic d’influence à charge de plusieurs de ses collaborateurs. Le patron du Comité National de Sécurité (CNS) ne s’est pas fait prier pour ouvrir la boîte noire qui recèle les secrets bien gardés de plusieurs des proches du Chef de l’Etat.

Les dossiers sont minutieusement épluchés. Désormais, deux camps s’opposent. D’un côté le Directeur de Cabinet Guislain Mbuyi, le dircaba Lolo Wameso, le conseiller Kao Mandungu et le conseiller spécial François Beya, de l’autre le conseiller privé Fortunat Biselele, le conseiller spécial JC Kabongo et le secrétaire Taupin.

A l’abri de cette tempête, un homme échappe à l’ouragan et tire habilement son épingle du jeu. Il s’agit de l’Ambassadeur itinérant Dany Banza Maloba. Après avoir sans succès tenté de se rapprocher de Joseph Kabila, cet ancien sociétaire du G7 dont il fut le trésorier a rallié en 2018 le camp Tshisekedi avec armes et bagages. Dany Banza dispose de la confiance du Chef de l’Etat qui s’appuie totalement sur ses connaissances pour gérer le Katanga. Sans réelles assises au sein de la communauté des Balubakats, l’ambassadeur itinérant n’en a pas moins réussi le tour de force d’imposer son bras droit, Sama Lukonde comme Premier ministre. Félix Tshisekedi cherchait un originaire du Katanga. Dany Banza le lui a trouvé. Sans aller chercher très loin puisque Dany Banza et Sama Lukonde ont étudié ensemble. Au premier la conception des stratégies et l’influence, à l’autre les tâches quotidiennes. L’un ordonne, l’autre exécute, dirait-on pour paraphraser l’ancien président français Jacques Chirac.


Histoire de famille

La récente nomination au sein de la Gécamines et des régies financières vient de démontrer l’énorme influence dont jouit Dany Banza dans le dispositif de Félix Tshisekedi. Dans la soirée du 3 décembre, juste après la publication des ordonnances de nomination dans les entreprises publiques et les régies, on a sabré le champagne à la Primature. Au bord du fleuve Congo, dans l’hôtel du gouvernement on ne cache pas sa satisfaction. La nomination du PCA de la Gécamines est la démonstration de la force de frappe de Dany Banza qui prend la main sur le Katanga. En effet, M. Alphonse Kaputo Kalubi n’est autre que l’oncle de Sama Lukonde. Les trois hommes se connaissent très bien. Ils ont grandi ensemble.

Elu de Likasi, Dany Banza a donc réussi le tour de force de faire d’une pierre deux coups ! Il s’est débarrassé sans coup férir de l’encombrant Albert Yuma Mulimbi qui occupait le poste depuis plus d'une décennie, mais il a surtout pris le dessus sur Jean-Marc Kabund, le président a.i. de l’UDPS, qui voulait à tout prix prendre le contrôle de la Gécamines.



"Kabund a lamentablement échoué", se réjouit un conseiller du Premier ministre qui ajoute "Kabund se croyait le plus fort, on vient de lui montrer qui est le plus fort. Cet homme ne fait que parler pour parler, il ne sait pas à qui il a affaire !". Assurément, dans le concours d’arrogance, entre les partisans de l’UDPS et les hommes de Banza, on ne sait pas trop à qui attribuer la coupe de champion.

"Les Kasaïens peuvent toujours aller gérer la MIBA, nous allons nous occuper du Katanga. Et Kabund ferait mieux de s’occuper de l’UDPS car nous, chez ACO, on sera les premiers partout !", tonne un haut cadre du parti de Dany Banza. L’aigle sur fond de rouge et blanc du drapeau de l’Avenir du Congo a bel et bien l’ambition de voler très haut et de damer le pion au parti de la 12ème rue de Limete qui est déchiré par des guerres internes.

Dany Banza lorgne déjà vers 2028


Avec la Primature et la Gécamines dans son escarcelle, Dany Banza est en train de se constituer un véritable trésor. Aucun des marchés publics importants négociés dans le grand Katanga n’échappe au contrôle de l’ambassadeur itinérant. Fort de ses contacts avec les opérateurs chinois et de l’influence qu’il exerce sur les provinces du Lualaba, du Haut Katanga et du Tanganyka où il veut imposer des gouverneurs de province à sa solde, Banza a l’ambition de devenir le nouvel homme fort du Katanga et de prendre définitivement le contrôle de la province la plus riche du pays. Il veut asseoir pour 2023 son influence sur le processus électoral.


En quadragénaire ambitieux, Dany Banza évite soigneusement d’être impliqué dans les guerres des clans qui secouent la présidence. "Il n’a rien à gagner à se perdre dans les querelles inutiles. On va d’abord prendre le contrôle du Katanga et assurer la réélection du Chef de l’Etat. Après, nous nous préparerons pour 2028 !", affirme sans sourciller un des conseillers principaux de Sama Lukonde.


Dans les hommes qui lui sont redevables, outre le PCA de la Gécamines, Dany Banza a également pris soin de placer le frère de feu Tete Kabwe, l’ancien secrétaire de Félix Tshisekedi. L’homme n’oublie pas ses amis ! En démontrant qu’il est devenu l’homme fort du régime en reléguant Jean-Marc Kabund dans la zone neutre, Dany Banza s’est ouvert la voie vers un destin national. Mais au pays de Lumumba, les cartomanciens et les extralucides les plus éveillés n’ont jamais pu lire l’avenir. Il en ira toujours ainsi dans un pays où cohabitent plus de 200 communautés, même pour le président de l’Avenir du Congo !


2 199 vues0 commentaire