top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurmutambak96

Dany Banza signe le retour d’Erick Muta à Lubumbashi


Depuis l’affaire du détournement de deux camions de cathodes de cuivre pour laquelle le procureur général près la Cour de Cassation a requis l’arrestation d’Erick Muta, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité du Haut Katanga, Dany Banza Maloba, l’homme qui murmure à l’oreille du Chef de l’Etat, a convaincu Félix Tshisekedi de la nécessité de faire venir Erik Muta à Kinshasa avant de le renvoyer à Lubumbashi pour y reprendre ses fonctions. Comme argument à ce scénario qui contredit bruyamment la justice congolaise instrumentalisée par le gouverneur Kyabula, il y a la menace de l’UNAFEC de quitter la barque de l’Union Sacrée. A la veille des élections, Félix Tshisekedi ne peut se permettre de voir les disciples de feu Kyungu wa Kumwanza rejoindre Moïse Katumbi et les rangs de l’opposition.


Western de mauvais goût au Haut-Katanga

Entre le tout puissant conseiller du Chef de l’Etat Dany Banza, le gouverneur du Haut Katanga Jacques Kyabula, le ministre de l’Intérieur Erick Muta soutenu par l’UNAFEC qui menace d’embraser le Haut Katanga, et le procureur général près la Cour d’Appel de Lubumbashi, Lwakamona Mansaka Rockefeller, un prédateur sexuel hors norme devenu parrain de la mafia katangaise, tout ressemble à un mauvais western spaghetti.


Et s’il fallait trouver un titre à cette sous-comédie indigne du Katanga, on reprendrait volontiers ce mauvais western italien "Aujourd’hui ma peau et demain la tienne" au cours duquel l'avidité personnelle, les coups bas et l'intrusion de personnes mal intentionnées dans l'affaire vont systématiquement retarder les malfrats dans leur quête du magot...


Pour rappel, le 05 juillet 2023, la société Maj Logistics Limited dépose une plainte à l’auditorat supérieur près la Cour Militaire du Katanga contre certains officiers des Forces armées de la RDC. Selon cette correspondance, trois camions appartenant à la société Tenke Fungurume Mining et transportant les minerais de cuivre ont été arrêtés par certains agents pour les acheminer d’abord au ministère provincial de l’intérieur puis à la 22e région militaire des FARDC à Lubumbashi. Les trois camions ont été vidés de leurs contenus. Aux termes de cette plainte, "la nuit du 1er au 02 juillet dernier, les chauffeurs de ces véhicules ont été acheminés en escorte vers Kasumbalesa pour faire disparaître frauduleusement les traces ». Contacté par la presse locale, le général Gihanga Smith de la 22e région militaire des FARDC dans le Katanga, a affirmé qu’il « n’est pas au courant de cette histoire ».

Le mardi 11 juillet 2023, le procureur général Firmin Mvonde Mambu signait un mandat d’amener qui précisait que cette décision était prise à cause du « refus de Érick Muta Ndala» de répondre au mandat de comparution initié il y a peu contre lui. « Attendu que cette infraction est punissable de deux mois ou plus de servitude pénale, qu’il existe contre l’inculpé des indices graves de culpabilité et qu’il y a lieu de craindre qu’il ne tente de se soustraire par la fuite aux poursuites ou de faire disparaître les preuves de cette infraction», lisait-on dans cette correspondance. Dans la foulée, le procureur général près la Cour de Cassation a ordonné, selon l’article 15 du code de procédure pénale, que le ministre provincial de l’intérieur soit arrêté et amené devant l’officier du ministre publique. Il appelait « tous les dépositaires de la force de l’ordre de prêter main-forte en cas de nécessité pour l’exécution du présent mandat », conclu ce document.


En vacances avec sa famille aux États-Unis d’Amérique, le ministre Erick Muta déclarait profiter de ses vacances comme tout être humain et réfutait les allégations aux termes desquelles il avait pris fuite. Toutefois, le ministre issus des rangs de l’UNAFEC annonçait que vu les rumeurs, il écourtait ses vacances pour rentrer dans la province. Le temps de se mettre sous le couvert de Dany Banza qui, après la disparition de Gabriel Kyungu, a fait main basse sur le parti de la sentinelle du Katanga. En réalité, Dany Banza veut en terminer une fois pour toute avec le gouverneur Jacques Kyabula et reprendre totalement le contrôle du Haut Katanga.


Règlement de compte en vue

Depuis quelques jours, Erick Muta est logé dans un hôtel de luxe de Kinshasa. Il attend le retour de voyage du Chef de l’Etat afin de lui donner toutes les explications sur l’affaire de détournement de cathodes et livrer les vrais détourneurs, parmi lesquels le procureur général près la Cour d’Appel de Lubumbashi, Rockefeller Lwakamona fait figure de grand parrain. Il est vrai que la justice congolaise est vraiment en piteux état…


A la veille des élections, Dany Banza joue une partie difficile. Il a fait le pari de maintenir son influence dans le sérail présidentiel. Et ce n’est pas une mince affaire. En cinq années, l’ex-ambassadeur itinérant a su profiter de sa relation personnelle avec Félix Tshisekedi et la Première Dame Denise Nyakeru, pour non seulement gérer les finances du Chef de l’Etat dans les paradis fiscaux, mais surtout prendre en main le Gouvernement en plaçant à sa tête in homme de paille, Sama Lukonde, et en contrôlant l’économie du Katanga. L’ancien argentier de Moïse Katumbi et de son G7 a donc fait banco sur la RDCongo utile.


L'UNAFEC dans la poche

En replaçant Erick Muta à ses fonctions, Dany Banza espère en terminer définitivement avec le gouveneur Jacques Kyabula et reprendre totalement la main sur le Katanga. Il dit avoir le contrôle de l’UNAFEC qu’il prétend apporter dans la corbeille de la mariée d’une nouvelle alliance avec Félix Tshisekedi. Rien de moins, pour un jeune Katangais qui rêve en secret de diriger la RDCongo en 2028 !


Bien entendu, il y a loin de la coupe aux lèvres dit-on ! Les fins des western spaghetti finissent souvent par la mort des héros à l’ombre des cactus géants…

473 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page