Rechercher
  • mutambak96

Christian Mwando et Muhindo Nzangi disent adieu à Katumbi


Kabund défenestré ! C’est la fin d’une illusion. A l’image de la fable de la laitière et le pot au lait, celui qui est encore le Vice-Président de l’Assemblée Nationale peut aujourd’hui se lamenter en disant « Adieu veaux, vaches, cochons, couvées » ! Le couperet fatal est tombé sur le cou de Jean-Marc Kabund au moment où il s’y attendait le moins. En effet, l’homme qui avait orchestré à coups de billets verts par une très vaste opération de corruption des députés le basculement politique le plus retentissant de la récente histoire politique du Congo, se sentait intouchable. Jusqu’au faux pas de trop !

La chute de Jean-Marc Kabund n’a pas fini de surprendre. Chaque jour apporte son lot de révélations. Qu’ils soient des FCC de Joseph Kabila ou de Ensemble de Moïse Katumbi, ceux qui étaient devenus membres du Bureau de l’Assemblée, présidents de grandes commissions parlementaires, ministres, mandataires publics, savent ce qu’ils doivent au tout puissant Jean-Marc Kabund. Tous gardent le silence dans l’espoir de se faire oublier. A l’époque le Vice-Président de l’Assemblée faisait preuve de la plus grande générosité à l’endroit des députés débauchés. Il faut dire que le Président de l’Assemblée Nationale et Jean-Marc Kabund se partageaient tous les mois 2 millions USD au titre de complément des frais de fonctionnement du Bureau de l’Assemblée Nationale. Une bagatelle pour fidéliser leur clientèle politique, construire leur palais et entretenir leurs épouses !


La grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf

A la surprise générale, dans les cahiers de JM Kabund, apparaissent plusieurs parlementaires de la famille politique de Moïse Katumbi. Un membre du cabinet de JM Kabund révèle que « C’est le Président a.i. de l’UDPS qui a débauché les Katumbistes. Il a rencontré et choisi tous ceux qui voulaient entrer au Gouvernement. Il connaît chacun d’eux ». Ce conseiller qui n’est pas avare de révélations affirme que : «Christian Mwando s’est même arrangé pour que sa sœur devienne l’épouse de notre Directeur de Cabinet. Comme Katumbi avait refusé le poste de Premier Ministre, Mwando tenait à tout prix à le devenir à sa place ! ».


En avril 2020, c’était sans compter sur l’influence discrète mais très efficace de l’ambassadeur Dany Banza sur le Chef de l’Etat. A la surprise générale, c’est le nom de Sama Lukonde qui est sorti de son chapeau. Après cette déception, JM Kabund et Christian Mwando qui ont renforcé leurs liens familiaux scellent un véritable pacte et revoient leur plan de bataille.

Disposant des rapports d’écoute de ses services, c’est le Conseiller Spécial François Beya qui va saisir le Chef de l’Etat des manœuvres du Vice-Président de l’Assemblée. Il informe Félix Tshisekedi que tirant exemple de ce qui s’était passé en France pour décourager le président Hollande de briguer un deuxième mandat, JM Kabund avait planifié de le conduire à ne pas se représenter aux élections de 2023. Un membre du CNS révèle que « C’est un réel sabotage que JM Kabund avait préparé pour amener le Chef de l’Etat à céder le flambeau à un autre candidat choisi par l’UDPS ». Les services de sécurité confirme que JM Kabund s’appuie sur quelques ministres et un noyau dur de parlementaires. Christian Mwando et Nzangi Muhindo font partie des principaux soutiens de l’ancien président de l’UDPS. Les deux lieutenants de Moïse Katumbi lui sont totalement acquis. C. Mwando promet de faire tomber le Katanga et Nzangi le Nord Kivu. Kabund promet au premier la Primature et au second la Défense Nationale.

Mis au courant de ces calculs, le Président Félix Tshisekedi a donc saisi la première occasion qui s’est présentée pour se débarrasser de JM Kabund et reprendre la main sur son parti. Dans la foulée, le Chef de l’Etat entend faire un grand coup de balai dans le gouvernement et dans les bureaux des deux assemblées. Devant le danger de voir le Katanga perdre la Primature et être marginalisé, l’ambassadeur itinérant Dany Banza a immédiatement compris la nécessité d’un rapprochement avec Christian Mwando. Dans l’entourage du ministre d’Etat au Plan, il se dit que Dany Banza a appelé « son frère » Christian Mwando pour lui dire que « Le Chef de l’Etat cherche un nouveau Premier Ministre. Il hésite entre quelqu’un du Kivu ou un Katangais. Si tu joues bien, c’est ton tour. Mais si tu veux être choisi, tu dois absolument lui montrer que tu es un fidèle ! ».

Dans le même temps, dans le Kivu, les appétits se sont réveillés. Là aussi, ce sont deux leaders issus de Ensemble pour le Changement qui tiennent la corde. Le jeune Nzangi Muhindo se voit bien dans le costume de Sama Lukonde. Au fil des mois, à travers les mises en place dans tous les instituts supérieurs du Kivu, le ministre de l’ESU a patiemment mis en place les structures de sa nouvelle formation politique. Plus question pour lui d’apparaître de près ou de loin derrière Moïse Katumbi.



Mais dans les petits papiers du Chef de l’Etat figure également le nom de Mbusa Nyamwisi. Fort des relations très étroites qu’il entretient avec le Président Museveni, le patron du RCDK-ML dispose non seulement du soutien de Kampala mais également des faveurs du Chef de l’Etat Kenyan. Mbusa séjourne régulièrement à Naïrobi. De Beni à Butembo, tous les Nande ne jurent aujourd’hui que par le choix que fera Félix Thisekedi d’un futur Premier Ministre issu des rangs de leur communauté.


C’est donc en signe d’allégeance à Félix Tshisekedi qu’à la demande de Christian Mwando et Mbusa Nyamwisi 13 députés viennent publiquement de quitter le camp de l’ancien gouverneur du Katanga pour créer leur propre groupe. Parmi cette troupe, l’on compte le suppléant du Vice-Premier Ministre des Affaires Etrangères, Christophe Lutundula, qui a déjà fait depuis longtemps ses valises de Ensemble. On trouve les trois députés de l’UNADEF, le parti de Christian Mwando et 7 élus Nande issus ou apparentés au RDCK-ML de Mbusa Nyamwisi. A l’heure actuelle, les faveurs vont à Mbusa Nyamwisi qui dispose des plus larges soutiens régionaux. Si Christian Mwando n’a pas perdu toute ambition, par contre Muhindo Nzangi semble bel et bien perdre la main. Son parti en gestation et ses quelques amis du MS-G7 qui ont décidé de quitter Moïse Katumbi ne font pas le poids face aux atouts économiques que représente le Katanga ou à la puissance militaire de l’Ouganda.

C’est donc sur fond de revirements, de trahisons et de frénésie d’argent que les lignes politiques bougent en RDCongo. On retiendra de cette séquence qu’en trois semaines, Jean-Marc Kabund a tout perdu ! La présidence du parti présidentiel lui a été retirée. Ses fonctions au Bureau de l’Assemblée Nationale également. Ceux qui se disaient ses amis politiques n’osent même plus citer son nom. A l’image d’Icare, à force de se rapprocher du soleil et s’y confondre, il s’est brûlé les ailes.

Nul doute que dans la course à la primature qui s’est engagée, Félix Tshisekedi ne se laissera pas duper par les courbettes de ceux qui hier encore faisaient la file chez JM Kabund. Mais en politique, on n'est jamais à l’abri de surprises !

3 044 vues0 commentaire